Un patrimoine historique riche et passionnant...


Un patrimoine riche et diversifié permet à Châteauneuf-les-Bains d'affirmer sa vocation culturelle. Ainsi, de la Chapelle St-Valentin au pic Alibert, en passant par la Vierge en Majesté de l'église de Lachaux, tout est invitation à la découverte.

En 1233, Guillaume et Etienne de Châteauneuf étaient les seigneurs du lieu.
Ensuite (sans doute avant 1299) le fief passa aux de Maumont, puis vers 1325 aux de La Roche, seigneurs de Tournoël. En 1555, Jean de Châteauneuf, époux de Jeanne de Montmorin, étant décédé sans enfant, la seigneurie passa à leur neveu Jean de Montmorin, représentant d'une des plus grandes familles d'Auvergne, qui possédait déjà quelques droits à Châteauneuf.
La famille de Montmorin conservera Châteauneuf jusqu'en 1760, date de sa vente (avec Saint-Gervais) à Marie-Louis de Gironde, Gouverneur de l'Île-de-France, qui le revendit en 1767 à J.B. Thomas de Pange, trésorier général de l'Extraordinaire des Guerres, pour 230 000 livres; ses filles et héritières cèderont Châteauneuf en 1784 pour 325 500 livres à J. Chevarrier, qui sera guillotiné à Lyon en 1793.

 
L'église de Lachaux
 Ce n'est que sous le second empire que fut construite l'église de Lachaux par souscription des habitants.
Commencée en 1856, elle fut mise en service en 1863, le premier baptême date du 6 décembre 1868. Elle fut reconnue officiellement par décret du Président de la République le 3 août 1872.

De style roman, elle est aujourd'hui l'église principale de Châteauneuf et les deux paroisses fusionnent sous le nom de Lachaux-Châteauneuf.
La Vierge en majesté qui y est exposée en constitue la principale curiosité car elle appartient à un type rare et unique en Auvergne...
 
Lire la suite 
 
Le château de Châteauneuf
  Le château fait face au hameau de La Mongie. Le château actuel occupe l'emplacement d'une forteresse établie en ces lieux dès le haut Moyen Age pour contrôler le passage dans la vallée de la Sioule.
Il est certain qu'au X° s. une "motte castrale" existait déjà au sommet de la butte qui domine la Sioule, à proximité du pont de Bordas et du grand chemin menant de la Terre d'Auvergne au Limousin.

Lire la suite 
 
La chapelle St-Valentin
La plus ancienne délibération connue concernant la commune de Châteauneuf date du 4 mars 1792. Elle eut lieu dans l'église St Valentin sur réquisition de Beneton, procureur de la commune...

Lire la suite 
 
Le Pic Alibert
Jean-Pierre Alibert était ingénieur ; c'est au cours de recherches sur le Mont Batougol en Sibérie qu'il a découvert du graphite. Perclus de rhumatisme à la suite de ses séjours dans la glaciale Sibérie, il a cherché à soulager ses maux en venant faire des cures à Châteauneuf à partir de 1871.
C’est alors qu’il a eu l’opportunité de réaliser un vœu fait sur le Mont Batougol d’ériger une statue à la Vierge qui lui avait permis d’échapper à la mort.
C’est ainsi qu’une statue de la Vierge a été installée au sommet d’un promontoire rocheux et qu’un escalier a été réalisé pour accéder à la plate-forme.
Inaugurée en 1893 la statue avec son socle mesure plus de 3 mètres de hauteur.
 
L'Arboretum
Un parc a été planté sur l’emplacement d’une ancienne chènevière en 1882 à l’initiative de la famille Viple principal exploitant des thermes. C’est le paysagiste Vasserre qui assura les plantations sur les plans conçus par Jean-Philippe Bargoin et Lecoq. Avec un important peuplement de résineux en provenance d’Europe ou d’Amérique et d’arbres en feuilles caduques il constitue de nos jours en bordure de la Sioule un lieu agréable de promenade et de repos. Il a été classé Arboretum en 1994.